Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 février 2013 4 14 /02 /février /2013 10:57

the-return--tadadadam-20121001_224201.jpg

 

Alors là, limite la honte m'accable de son poids de venir te parler de ce livre, genre comme si je te prenais pour une bille et que tu en avais jamais entendu parler, genre... Oui je ne fais pas dans la nouveauté, ni la découverte, je fais dans le best seller celui que tu vois en tête de gondole, celui que tu vois partout même chez les gens qui ne lisent pas.

Ce bouquin il est passé entre les mains de tous les membres de ma famille, il a roulé sa bosse il ressemble à un livre de poche qu'on trouve à disposition dans les hôtels de Backpackers, un truc tout chiffonné et jauni, il a une tête de cigare. Oui j'en ai entendu que du bien, et oui j'ai mis dix plombes à le lire, la faute à ce qu'en parallèle j'ai commencé un truc comme 498 bouquins et que j'en ai pas terminé un seul, mais hier soir à l'orée de l'heure du crime, j'ai enfin achevé ce bouquin avec ce sourire satisfait de la mission accomplie, et de la mission accomplie dans la joie et la bonne humeur, car ce livre n'est que joie et bonne humeur. 

 

Le vieux Allan se fait la malle le jour de l'organisation de son 100ème anniversaire dans ce foyer logement où il a échoué suite à ce qu'il ait fait exploser toute sa maison par accident, son but initial était en fait de s'en prendre exclusivement au renard qui avait tué son chat, et oui... Après avoir pensé mourir comme çà d'ennui, scénario tout à fait probable quand tu te retrouves dans un asile pour vieux où une soeur Alice à l'amabilité proche d'une nuit de Toussaint te claironne entre autres: "Il est 7 heures moins le quart, Allan, et c'est l'heure du petit déjeuner. Si tu ne te dépêches pas de manger, on viendra débarrasser ton porridge et tu n'auras plus rien jusqu'au déjeuner, ..." (ambiance pas du tout saga africa, pas du tout ambiance de la brousse, tu en conviens), et donc il décide que sa fin de vie mérite un peu plus de dignité et choisit de se casser discrètement de cet endroit. Et c'est donc non sans mal qu'il rejoint la gare routière où il dérobe une valise qui va lui attirer plus de belles rencontres que de déconvenues. On jongle alors entre cette épopée qui l'attend et la biographie complètement barrée de ce vieil homme dont les compétences en génie artificier-bombe atomique lui ont fait parcourir 1 siècle d'histoire mondiale où on le voit tour à tour trinquer avec Franco, Truman, Mao, Staline, etc..., et des meilleurs et des pires.

 

En somme c'est un peu le Gregory David Roberts de Shantaram mais en plus "prout d'aisselle" que l'autre, oui définitivement il est plus proche de Pierre Richard tant il s'improvise dans des situations chaotiques dans lesquelles il s'immisce toujours un peu à son insu. C'est parfaitement drôle, plutôt avec un sens de l'humour noir, décalé, presque british qui n'est pas sans me rappeler ce super roman complètement cinglé de cet anglais Gideon Defoe et sa série des "Pirates".

Sinon, j'ai écorné des pages sur quelques phrases sympathiques:

 

"Le problème avec la politique, c'est qu'elle n'était pas seulement inutile, elle était aussi parfois inutilement compliquée."

 

"Mon fils, méfie-toi des prêtres, et des gens qui ne boivent pas d'alcool. Les pires de tous sont les prêtres qui ne boivent pas d'alcool."

 

"Quand la vie joue les prolongations, il faut bien s'autoriser quelques caprices..."  

 

Alors moi je me suis posée la question mais c'est qui cet auteur qui nous vient du pays de la fabrique des auteurs de romans noirs et qui ne possède d'accent bizarre sur aucune consonne ou voyelle ? J'ai donc posé la question à Wiki, et on pourra constater que dans sa réponse il s'est pas trop foulé la râte Wiki: 

"Jonas Jonasson (né le 6 juillet 1961 à Växjö) est un écrivain et journaliste suédois. Son roman Le Vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire a été vendu à plus de 700 000 exemplaires en Suède."

Oh merci de m'avoir abreuver de tout ce savoir cher Wiki, mais moi ça ne me suffit pas cette réponse et en cherchant plus j'ai au moins trouvé ça sur l'auteur: "Avant de devenir écrivain, Jonas Jonasson a longtemps travaillé comme journaliste, consultant dans les médias puis producteur de télé. Décidant de commencer une nouvelle vie, il se met à la rédaction d'un manuscrit, vend tout ce qu'il possède en Suède et part s'installer dans une village suisse, près de la frontière italienne (dans le canton du Tessin)."

Bon ça ne nous éclaire guère plus, il faudrait que je passe un peu plus de temps à chercher, mais par contre je trouve chouette l'issu de ce coup de poker de tout vendre pour écrire un manuscrit, livre qui a une belle et longue vie devant lui, car je crois que même au fin fond du Pérou j'ai vu ce bouquin en vente, je veux dire si c'est pas la classe à Dallas, je m'y trompe.   

 

Sinon, c'est la Saint Valentin, et tu sais quoi on s'en fout. Je te rappelle mon pragmatisme peut-être anti romantique, mais hier que je prenais ce fameux café du mercredi matin, je regardais la boutique de lingerie d'en face, en mode maison close, que du rouge et du noir, juste pour la Saint Valentin, et je me dis qu'on nous prend vraiment pour des tartes de vouloir nous rendre catin d'un jour, catin de la Saint Valentin, moi je dis Catin toujours, ou Catin jamais, mais pas la Catin saint Valentin, please un peu de respect pour notre amour, et notre coeur qui bat vraiment pour quelqu'un toute l'année et pas un peu plus le 14/02. Je hais la Saint Valentin, je lui vomis dans la bouche. Sur ce chers amis lecteurs de l'ombre, amis de la poésie, bonne journée! 

Partager cet article

Repost0
9 février 2013 6 09 /02 /février /2013 11:22

Le mercredi matin pendant que ma fille s'exerce à la "salle des galipettes" (entends par là cours de gymnastique), j'erre dans un centre commercial proche de son cours. Je déteste les centres commerciaux, vraiment, mais les mercredi matin ont la désagréable habitude d'être pluvieux, ben oui je vis pas du tout à Avignon, et force est d'admettre que le bon sens m'appelle vers le confort au moins sec du centre commercial où mon fils et moi traînons nos guêtres pendant 1 heure 1/4. J'y prends un café. Je n'aime pas le café. Mais mes nuits toujours trop courtes ne me laissent pas d'autre option. J'ai toujours les mêmes voisins au café, deux petits vieux qui font des efforts pour ne pas avoir l'air vieux et y'en a même un qui s'épile les sourcils, pas non plus en mode Priscilla folle du désert, mais la forme de ses sourcils lui donne un drôle d'air drôle. En face de moi il y a très souvent une vieille dame très élégante qui force un peu sur le léopard, mais c'est pas moi qui vais lui jeter la pierre, même si du coup je me suis fait la réflexion que quand même il y a un âge où le léopard vieillit mal et que globalement il devient peu flatteur, disons que du coup ça fait plus "Régine" que "Gwen Stefani", si je ne m'abuse. Bref... Puis je déambule entre le monoprix où à chaque fois je me pince pour ne pas m'acheter un énième vernis à ongle, et également entre la fnac, où je n'achète en général rien car j'ai un fond de militante un peu médiocre mais qui quand même met un point d'honneur à acheter ses livres chez le libraire. Bon et bien des fois cette militante va se faire voir, cède et achète un bouquin à la Fnac. Et le mercredi d'il y a quelques 2 semaines, vlà ti pas que je tombe sur çà:

the-return--tadadadam-20130130_153206.jpg 

 

Tu connais mon admiration inébranlable pour Guy Delisle dont je t'avais parlé dernièrement avec "Chroniques de Jérusalem". Je n'avais absolument pas connaissance de ce mini album tout frais sorti, et tu vois moi Guy Delisle j'achète les yeux fermés. Et bien m'en a pris, une fois de plus, c'est absolument hilarant et divin! Il se lâche et balance des boulettes de père, des grosses et des mini boulettes, des trucs un peu poussés parfois (le coup de la tronçonneuse est mythique pour qui lira cette BD), et c'est la BD la plus franchement drôle que j'ai lu de ce gars. Je t'en conjure (c'est pas facile à placer comme mot "conjurer): achète cette BD! 

Ami parent, ami pas parent, ami pas parent qui s'est ligaturée les trompes pour ne pas avoir d'enfant, ami du rire et la légèreté, ami chouette ami, ce bouquin est pour toi, c'est le petit cadeau qui fait plaisir et qui décroche forcement des éclats de rire et ce même si t'as le sens de l'humour d'une stèle tombale. Moi mon dernier acte de mauvaise mère a été de manger le dernier kinder de ma fille, planquée derrière la porte du frigo j'ai toussé pour masquer le bruit du papier de kinder qui se froisse, mais ma fille elle a un radar pour ça, elle a rappliqué avec "tu fais quoi tu manges MON kinder" et moi "pas du tout" et de lui faire croire qu'elle l'avait déjà mangé, mais elle m'a grillé d'un "non, ta bouche elle sent le kinder", et j'ai dit "pas du tout, ma bouche sent le chocolat vache" ("Milka" pour les non-érudits), enfin tu vois ça va pas chercher très loin mon capital de mauvaise mère, même si j'ai du dossier genre un des premiers mots de ma fille a quand même été "Putain", et j'en assume l'entière responsabilité. Depuis je me soigne, je dirai pas que je parle classieux comme la Reine d'Angleterre mais je m'autocensure, bien qu'il faudra admettre que ce fameux "putain" est bien difficile à déloger de mon débit vocal. Le bougre.  

 

Bref... En tout cas cette BD est un petit format chez Delcourt dans la collection Shampooing, ça coûte moins de 10 euros, et c'est un investissement pour le good mood comme tu l'as bien compris car il me semble avoir été suffisamment assez éloquente à ce sujet. Et ouais. 

 

Sinon je te colle la carte de voeux que Guy Delisle a réalisé pour Delcourt cette année, ça te met dans l'ambiance de la BD:

delcourt-voeux-2012-785x399.jpg

 

PS: Guy Delisle FOWEVER. 

 

RePS: Mes autres lectures Guydelisloises:

- Chroniques de Jérusalem

- Shenzen 

- Chroniques Birmanes

- Comment ne rien faire

- Pyongyang

 

 

 

Partager cet article

Repost0
31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 17:35

Ok j’ai disparu quelques semaines comme si j’avais été happée par une autre dimension, ou comme s'il m’était arrivé un truc bien con comme d’être mangée par un caïman, genre par exemple. Mais en fait pas du tout.

 

Comme je t’avais avisé, je suis partie 1 mois au Pérou voir notre famille et copains que nous n’avions pas vu depuis trop longtemps, nous n’avions pas de connexion internet où nous logions, et du coup j’ai fait vœu de silence virtuellement pendant 1 mois, malgré moi tu l'as compris, y’a des gens qui deviendraient fous, moi ça m’a gavé, mais I survived. Et donc voilà, voilà, je vais essayer comme je peux de reprendre un rythme. Je sais que cette dernière année n’a pas été ma plus productive en terme d’échange bloggaire, mon fils qui est né en février m’a mis la tête à l’envers pendant 10 mois à dormir tout moisi, et du coup la journée j’errais tel un zombie échappé d'un épisode de Walking Dead, ajoute à ça que j’ai le cerveau occupé jour et nuit par un projet professionnel qui me tient à cœur et que je souhaite faire aboutir mais que j'avance très moyen on va dire, en conséquence ma disponibilité et mon efficacité sur ce blog a été assez nulle. Pourtant je n’ai pas perdu mon amour de lire et ma volonté de t’y convaincre, jamais, oh grand jamais, oh juste ciel bordel jamais! 

 

Sinon, sans transition, je te résume en 4 images mon dixième séjour au Pérou:

 

  DSC00191

 

Et oui je n'ai fait QUE de manger, manger, manger et encore manger. 

 

 

DSC00287.JPG

Et puis boire, boire, et ce même dans l'avion en dépit du fait que dans les magazines toutes les filles jolies te conseillent qu'il ne faut surtout pas consommer de boissons alcoolisées pendant un vol, qu'il vaut mieux porter des chaussettes de cachemire et boire de l'eau à volonté mais euh foutaises (j'ai décidé d'arrêter de lire la presse féminine).

 

Aussi on est revenu avec des choses et aussi des livres dont ceux ci:

 

the-return--tadadadam 20130129 162520

 

 

Et puis sinon on a encore mangé:

 

DSC00537.JPG

 

 Voilà, voilà.

 

   

Sans transition aucune nous allons désormais causer si tu le veux bien du best of de ma liste de lectures 2012, certes aussi longue que la patte d'un raton laveur nouveau né, mais bon j'ai quand même fait de belles découvertes et confirmer certains coups de coeur.   

 

Je vais faire court et simple, dans la grande tradition de la fainéantise et du laxisme sous laquelle s'est déployée l'année 2012:

 

Dans la catégorie des livres qui ne sont pas des BD, celui qui est au dessus de tous, et ce sans grande surprise vu le surgavage que je t'en ai fait, c'est l'excellentissime Mapuche de Caryl Ferey, ce mec là je rêve de lui faire une interview et je vais voir comment goupiller ça. Sinon si tu veux en savoir plus, c'est par ici.

 

Dans la catégorie des bouquins qui sont des BD, format que j'ai plutôt pas mal lu en cette année 2012, il y en a plusieurs qui peuvent prétendre repartir avec mon prix de la WIN.

 

La première de la classe c'est Julia Wertz avec son Whiskey New York que j'ai lu trois fois, et trois fois j'ai pleuré de rire (et hop par là).

 

Le deuxième de la classe c'est le délicat et drôle et subtile (oui tout ça à la fois) Guy Deslile et son carnet de voyage en Israël avec  "Chroniques de Jérusalem" (here).

 

Et enfin le prix de la Win de bronze revient à ma découverte de Guillaume Long (ici) et ses BD issues de son blog d'A boire et à manger, qui réussit à mixer gastronomie et humour avec talent et gourmandise genre mais haut la main et il ne te reste que tes mains pour applaudir et une sensation de faim insatiable. 

 

Bien à toi mon très cher lecteur de l'ombre,

 

Solenn Amber Josiane.

 

PS: Pendant que je t'écris je guette le climat de ce vendredi qui n'a rien à envier à des journées de tempête au Cap Horn, et je ne peux m'empêcher de me faire la réflexion que: soit je suis dotée d'un sacré positivisme (ce qui est juste), soit je suis parfaitement idiote (ce qui me semble être la meilleure réponse): je vis en Bretagne, tiens il pleut, mais je ne suis pas l'heureuse propriétaire d'un parapluie. Ah quoi bon si le climat de la Bretagne comme chacun le sait frôle avec l'aridité. 

 

RE-PS: ah et je suppose aussi que je suis toujours à temps pour te souhaiter une belle année 2013, que la force de la Win souffle sur ton chemin. Oh yeah.

 

Partager cet article

Repost0
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 08:40

 

Noël approche, ça sent le mauvais vin chaud sur les marchés, les enfants sont dociles (le" chantage Père Noël" est d'autant plus effectif que la date d'approche de son passage est imminente), le calendrier de l'avent commence à avoir sale mine, les épines du sapin commence déjà à se casser la figure, la sono des magasins en mode jazzy-jingle bells est insupportable, les pompiers viennent te vendre leur vilain calendrier sur le pas de ta porte et genre je veux dire si tu le le prends pas t'es au moins méchant comme un assassin en série de chatons, mais en vrai y'a un truc un peu magique in the air, un peu, en grattant bien, mais soyons honnête ce qui m'intéresse le plus à Noël ce sont les bons vins et les bons plats.

Si tu fais au moins un peu mine de me suivre, tu n'es pas sans savoir que j'ai une autre passion à part lire: c'est manger et cuisiner, et puis encore manger, bien manger. Et donc en toute logique je suis aussi une grosse consommatrice de blogs de cuisine dont celui d'une nana trop chouette et drôle que j'ai rencontré il y a quelques jours et qui a eu la brillante idée "d'inverser" "nos savoirs faire" (ahahah, oui moi aussi je rigole, même mon chien beige), enfin disons qu'elle lit plutôt beaucoup et elle a accessoirement une formation de libraire entre autres (à la différence de votre humble serviteuse qui n'a aucune légitimité pour parler de livres, oui enfin sinon la passion) (et euh c'est pas évident dernièrement) (soupirs...). Et donc voici que je vais te faire un article food books sous forme de wish list pour Noël, et Stéphanie te fait une wish list de livres mais non culinaires  (tu me suis einh?), c'est par ici son article: go, go, go.

 

Pour ma part voici ma liste qui donne des crampes d'estomac: 

 

1/CEVICHE (Patrice et Sophie Dard, Les petits plats Marabout, 7,99€).

  2012-12-17-13.26.39.jpg

 

A prononcer "cébitché" pour être à peu près exact dans la phonétique de ce plat national Péruvien. Alors quésaco le Ceviche pour si tu sais pas, c'est un peu le principe d'un tartare de poisson, un peu, l'idée c'est de prendre un poisson et de le faire macérer dans du jus de citron vert, oignon, et piments péruviens, enfin ça c'est la recette traditionnelle mais de là on trouve de multiples variations, et c'est ce bouquin qui s'en fait aussi écho. Moi aussi je suis plutôt une huge fan du ceviche, et là tu vois je voudrais pas me la raconter mais  je re-pars  pour la dixième fois dans quelques jours direction le Pérou et c'est bien le premier truc que je vais courir aller manger. Je te recommande à fond ce bouquin, je l'ai déjà chez moi et sache qu'il bénéficie de l'aval d'un péruvien (mon mari) qui l'a trouvé vraiment bien fichu ce bouquin, alors je veux dire Go, go, go!

 

 

2/LEON, Fast Food... au naturel (Henry Dimbleby et John Vincent, Hachette Cuisine, 29,90€).

  photo-2 20120926 114435

 

J'avais déjà entendu causé de ce fast food anglais qui n'a absolument aucun rapport avec tous les clichés de fast food que tu peux avoir en tête (ou pas). Eux ils privilégient les aliments frais, de saison, en essayant de faire dans le local aussi, des plats savoureux et sans chichis, des choses qui moi me parlent beaucoup. Évidemment leur resto a fait fureur, ils en ont ouvert 9 en tout, et voici donc un bouquin qui regroupe 200 recettes de leur succès sous forme aussi d'album photo seventies-barré, super ludique, bon et peut être aussi un peu léger sur certains contenus de recettes, mais globalement c'est plutôt un cadeau très sympa et original. Je valide. (en fait je valide tellement que je l'ai déjà dans ma bibliothèque "culinaire").

 

 

3/ PARIS*HANOI, Recettes du Vietnam (25,90€, Marabout).

9782501069670.jpg

 

Quand je vivais à Paris, tout en haut de la rue de Charonne, tellement en haut de la rue de Charonne que du coup c'était plus la rue de Charonne,  là où le 11ème devient le 20ème, je descendais de temps à autre cette rue (de Charonne, tu suis?) dans l'unique but d'aller manger avec mon mari au Paris-Hanoï. A cette époque et ça fait genre au moins presque plus de 7 ans et des brouettes, c'était un mini resto avec cuisine ouverte, des grandes tablées qu'on partageait à plusieurs même la carafe d'eau on se la partageait avec ses voisins de table, mais c'est le genre de resto tellement bon que tu accepterais même de manger par terre en dessous d'une table et sans couvert. Alors telle ne fut pas ma surprise de voir qu'ils ont sorti un bouquin des recettes  cette année. Papa Noël please, j'ai été super gentil, je tiens la porte aux petites vieilles, des fois même je les aide à vider leurs caddies à la caisse, je viens de payer ma taxe d'habitation et mon amende de stationnement avec fair play, tu ne crois pas que je l'ai pas mérité ce cadeau, einh ?

 

 

4/ A LA TABLE DES DESIGNERS (Guillaume de Laubier, Catherine Synave, 35€, Edit° de le Martinière).  

 

  9782732451404.jpg

 

Voilà un bouquin qui regroupe aussi un autre truc qui me plaît beaucoup, c'est la déco et le design, et c'est encore mieux si c'est mêlé aux plaisirs de la Table. 23 designers ouvrent les portes de leur maison et plus particulièrement de leur coin lié aux repas, salle à manger, cuisine, etc... ainsi que 35 recettes. Je valide, je veux, je supplie, je rampe sur des rosiers en bikini, mais je veux ce livre. Aussi.

 

 

 5/ 30 MINUTES CHRONO ou DESSERTS ( Jamie Oliver, 24,90€ et 9,95€, Hachette Pratique).

 9782012382732.jpg 9782012306417.jpg

 

Bon ok tu peux me jeter du jus de poubelle à la figure, je fais défaut d'originalité dans ce choix de bouquins, mais chez moi j'ai le fameux "Tout le monde peut cuisiner" et laisse moi te dire qu'il est sacrément bien foutu. Alors j'aimerais aussi avoir "L'Italie de Jamie" rapport à ce que la cuisine italienne et moi on fait un, mais j'ai une petite envie des deux autres, et étant donné que j'ai plutôt le niveau "vraiment pas très doué, voir pourri" en terme de pâtisserie, pourquoi pas celui des "Desserts". Moi en terme de dessert je peux te bricoler en gros 2-3 trucs mais l'exactitude et la rigueur qu'exige la confection de la pâtisserie me provoque un peu de l'urticaire, moi quand je lis une recette, je la lis en travers, et j'adore improviser surtout quand j'ai pas tous les ingrédients, et si tu fais ça en pâtisserie, et bien euh non c'est pas possible. Et puis je préférerais toujours un morceau de saucisson à un éclair au chocolat. Salé fowever. Mais bon je voudrais vraiment moins sentir des pieds en terme de dessert, et puis parce qu' on peut dire ce qu'on peut dire, ou pas, mais les bouquins de Jamie Oliver sont bien fichus et puis c'est tout. Rhôo.

 

 

6/ ALL MY BEST, mes 300 meilleures recettes (Julie Andrieu, 35€, Alain Ducasse Editions). 

  9782841233427.jpg

 

Oui on continue dans le pas du tout original, mais voici un bouquin qui regroupe un peu le best du best de Julie Andrieu et étant donné qu'elle a un peu sorti 395887 bouquins, je crois que si on doit en avoir qu'un ce serait celui là. Et moi je le veux, 300 recettes d'une fille à qui j'apporte objectivement pas mal de crédit, de plus moi je la trouve chouette cette fille, un poil rigide, mais chouette. Par contre je trouve vraiment le titre et la couverture du livre terriblement kitshounes, la photo et l'empreinte des lèvres en mode de "je te kisse", j'aime pas du tout. Mais bon je valide quand même, car je ne suis pas aussi superficielle que mon ultime propos le laisserait à supposer. Papa Noël t'es toujours là ? Einh ?

 

 

7/ A TABLE AVEC LUANA (Luana Belmondo, 35€, Le Cherche Midi) 

 9782749109206.jpg

 

Là franchement çà tient de l'argument un peu faiblard car je le désire ce livre seulement parce que j'apprécie l'enthousiasme de cette fille, et puis aussi parce que comme je te le disais j'ai un sérieux penchant pour la cuisine italienne (et japonaise) (et péruvienne) (et pleins d'autres)... Elle cuisine souvent sur le plateau de "C'est à vous", émission que si je veux la voir c'est pas possible car la tranche horaire 18h30-20h30 c'est plutôt assez pourri quand tu es parent en terme de disponibilité, mais parfois je l'écoute avec son accent chantant parler avec son sourire franc et immense des plats qu'elle prépare et rien que pour çà déjà je valide. Encore.  

 

 

 8/ JE VEUX ETRE BONNE ( Hana Aouak, 9,90€, Cuisine Point2)

  9782363940865.jpg

 

"Je veux être bonne" est le blog  de Hana, blog qui réunit des choses comestibles appétissantes, de la photo et du design. Elle fait d'excellents foodanimés aussi. Son bouquin est sorti en mai, je crois que le format est assez mauvais genre tout petit, comme la judicieuse idée merdique des livres en format vraiment mini poche- générateur de cécité, mais bon quand même ça vaut le coup d'y jeter un oeil à ses 70 recettes "de folie". Un petit livre très original et joli. Du bien vu, donc. 

 

 

C'est assez difficile pour moi d'être succincte sur une wish list de bouquins, cuisine ou pas, mais ce sont mes envies et/ou découvertes (pas toutes très originales) du moment qui j'espère t'auront mis le feu aux papilles. Bien avant de te laisser je te rappelle les indispensables BD-livres de recettes de Guillaume Long dont je t'ai parlé la semaine dernière  qui pourraient absolument rentrer dans cette liste. 

 

That's all folks!

 

 

PS: N'oublie pas d'aller jeter un oeil à la liste bouquins de Stéphanie! 

 

Partager cet article

Repost0
3 décembre 2012 1 03 /12 /décembre /2012 16:13

 

2012-11-14-13.17.59.jpg

 

Bien le bonjour mon très cher lecteur de l'ombre!  

 

Il m'en faut parfois très peu pour me convaincre d'acheter un bouquin, parfois si peu que s'en est désolant. Heureusement souvent comme ici ça s'avère du peu qui fut judicieux. Là j'ai été convaincue juste parce que j'ai ouvert une page et que le chat de l'auteur était casse cojones matinalement et miaulait des "Grouille, allez Grouille" à son maître enveloppé encore d'un sommeil délicieux vaincu par un affamé de chat, en bref j'ai ricané et du coup j'ai acheté. Oui il m'en faut peu je te dis.  Bon ok j'avais déjà entendu causer de l'auteur et de son blog qui faisait même parti de mes favoris dans mon ordi, mais voilà vu que j'ai une liste de favoris longue comme les amants de Lindsey Lohan, du coup je l'avais un peu relégué aux oubliettes, enfin bien m'en a pris de mettre la main sur cette BD. J'ai adoré.

Donc il s'agit du deuxième tome d'extraits (Gallimard) du blog de Guillaume Long, auteur du blog "A boire et à manger", ABAM pour les intimes, pour lequel il est rémunéré par Lemonde.fr, genre ben oui un peu la classe à Dallas quand même. Un blog avec l'impératif de toujours parler de boisson et/ou de nourriture, dans l'idée de transmettre que "Manger, c'est bien" et (bonne nouvelle) "Tout le monde peut se faire à manger"*.

Mis à part tenir ce blog de gourmet rigolo, Guillaume Long est auteur de BD et illustrateur depuis 2003 pour la jeunesse et la vieillesse (propos de l'auteur) et il a écrit entre autres: "Comme un poisson dans l'huile", "Les sardines sont cuites", "Anatomie de l'éponge", "La cellule", et etc... 

 

Sache le mon très cher lecteur de l'ombre, si tu lis cette BD, tu auras la dalle, oui et ce même si tu viens de sortir de table après une soirée raclette-tiramisu-beaucoup de vin. T'auras quand même la dalle. Mis à part que ce soit une BD qui te fasse saliver comme un dog allemand devant un barbecue, c'est aussi et surtout une BD de recettes et de tips avec humour et déconnade savamment pensés par le Huggy les bons tuyaux de "la panse heureuse" qu'est ce Guillaume Long.

En bref des thèmes chers à mon coeur d'épicurienne, je veux dire si y'a quelqu'un qui ne mange pas avec le dos de sa fourchette c'est bien moi, et sache que la furie avec laquelle s'acharnait Jack l'éventreur sur ses victimes n'est rien en comparaison de l'humeur nauséabonde qui me submerge quand j'ai faim, du coup j'essaie de n'avoir jamais faim, c'est mieux pour ne pas titiller mes penchants massacratiques d'hypoglycémique.

 

Voici donc une BD où tu apprendras à faire des spaguetti Carbo sans crème fraîche malheureux et misérable et piètre cuisinier, ou comment réaliser un tartare de saumon et sa salade de radis noir à tout déboîter, de plus tu apprendras ce qu'est la puxisardinophilie et peut-être que tu pourras épater tes amis en sortant ce mot comme ça d'un air faussement négligé. 

Sinon je mets au défi Guillaume long à son concours de "Celui qui mange le plus d'huîtres qui gagne" ou la "Oyster Death Party", je veux dire il est né à Genève et moi dans un bled Breton où la mer était tellement proche que les galets de la plage se ramenaient dans mon jardin, vindiou, c'est pas du sang qui court dans mes veines mais de l'iode, alors quand même je veux dire je peux te manger le bassin d'Arcachon  de Cancale d'huîtres les mains dans les poches. Bref à bon entendeur. 

 

En somme pour moi un petit coup de coeur cette BD de cet auteur talentueux, gourmand et drôle qui dit avoir été plutôt influencé par des auteurs de son enfance tel que Quino ( le père de Mafalda ♥), et si le père Nôvël en toi était peu emprunt à beaucoup d'inspiration, voici une BD à mettre dans ta hotte Santa Claus. Et ouais. 

 

PS: Si tu as faim, je te conseille de ne pas bouinasser comme moi sur le compte twitter de l'auteur, y'a pleins de photos (entre autres) de mets délicieux qui donnent des crampes d'estomac de miam miam.

   
*Source: http://www.festival-blogs-bd.com/2011/09/guillaume-long.html#ixzz2E4ynoTRh  

 

RePS: Sinon si tu es intéressé plus spécialement spécifiquement parlant par les BD (ce qui veux dire que tu es une belle personne) et bien tu peux aller jeter un petit coup d'oeil à ce blog où j'officie aussi en tant que loutre masquée. 

 

 

Partager cet article

Repost0
22 novembre 2012 4 22 /11 /novembre /2012 09:57

Euh non là ben non je vais pas te causer de livres, enfin pas que de ça...

 

Bref comme d'habitude.

 

Hier (et avant hier) j'étais ô rage ô désespoir à me demander where the fuck is Stincky ? Toi tu te dis ? einh ????

 

Attends je te raconte: Stincky c'est le doudou de  ma fille, un lapin (ou chien) qui semble avoir subi au moins un accident nucléaire et qui a hérité de ce doux prénom (en gros celui qui pue) du temps où ce lapin (ou chien) passait son temps dans la bouche de ma fille, je l'ai lavé 859 fois au moins je te rassure, mais ce prénom est resté. Depuis deux jours je cherchais ce lapin, j'entendais déjà les commentaires des mères parfaites (on en a tous autour de nous, moi je les appelle les talibans de la maternité/grossesse) "Comment ça ? tu n'as pas un double, voir un triple du doudou ?". Et bien si j'en ai un, je l'appelle son jumeau maléfique, il est planqué dans mon tiroir à sous vêtements, il a vu le jour une fois donc il affiche un poil rebondi et vaillant, coloré, sans accrocs, ou autre feutre indélébile, autant dire que le faux Stincky ne ressemble plus en rien au true Stincky. Oui j'aurais pu les alterner mais moi je ne voulais pas duper ma fille (rire sarcastique de mon mari), je me disais qu'un jour elle me remercierait d'avoir un seul Stincky, l'unique et l'original Stincky (rire cynique de mon chien beige).

 

J'ai toujours le lapin de quand j'étais petite, il a roulé sa bosse, Pete Doherty c'est Pierre Bachelet à côté de lui, un vieux de la vieille, un jour je te montrerai sa bouille (lui aussi il est planqué dans le tiroir à sous-vêtements), mon lapin c'est le Freddy Krugger des lapins en peluche, mais je l'ai toujours (je te rassure je dors pas avec, einh). Du coup je suais du sang depuis 2 jours que j'arrivais pas à mettre la main sur ce Stincky, j'ai même été faire les poubelles qui avaient macérées dans leur jus de poubelle (bon appétit) pour voir si je ne l'avais pas jeté par mégarde. Et puis ce con je l'ai retrouvé ce matin, et c'est un peu comme si j'avais gagné au tiercé (certes pas beaucoup de sous), ma petite victoire de mon quotidien d'aujourd'hui et je suis contente. Voilà, voilà...

 

Sinon j'ai rencontré une fille chouette qui tient un blog qui cause de la vie culturelle de la ville où je réside désormais, on a fait une petite interview, et je lui ai causé de mon blog qui mine de rien vient de fêter ses 6 ans, de ma vie de lectrice, de mes chouchous littéraires, et de plein d'autres choses car je suis une grosse bavarde, si ça t'intéresse c'est par là.

 

Dans cette interview je parle entre autres d'un auteur péruvien cher à mon coeur de lectrice, Santiago Roncagliolo, que jadis je t'avais promis de te tricoter un taj mahal en laine d'alpaca si je ne lui soutirais pas une interview à ce monsieur, pendant mes 5 années et demi de vie à Madrid, j'aurais du trouver l'occasion de le faire, mais j'ai laissé le temps faire son chien comme d'habitude et du coup, j'ai encore rien fait. Mais comme j'ai pas l'intention de me mettre à tricoter, et encore moins un Taj Mahal même version miniature, un jour vraiment je le ferai, car c'est vraiment un super auteur. Dans le magazine Elle espagnol du mois d'octobre Roncagliolo livre une petite interview bouquins, bon peut-être que ça va pas t'intéresser, peut-être même que t'as piscine, mais voilà je te la traduis quand même car j'apporte énormément de crédit à ces choix littéraires:

 

  2012-11-22-10.32.21.jpg

 

Je veux lire: "Lionel Asbo" de Martin Amis qui vient d'être publié en anglais.

 

J'ai été sous le charme: "Le Dîner" de Herman Koch (sera publié en France en janvier 2013). Une espèce de Doctor House de la vie familiale.

 

Les indispensables: Philip Roth et Haruki Murakami. Parmi les nouveaux il y a "Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire" de Jonas Jonasson.

 

Mon dernier coup de coeur: La biographie de Bela Lugosi, le premier acteur de Dracula, dont la vie fut tellement triste que personne ne s'est risqué à en faire un film. 

 

 A conserver: "La Tante Julia et les scribouillard" de Mario Vargas LLosa.

 

Ma librairie préférée: Laie (à Barcelone)

 

Ce que j'ai appris des livres: Que rien ne vaut d'être un homme moderne quand les femmes préfèrent les sadiques milionnaires, enfin c'est ce que m'a appris "50 nuances de Grey" de E.L James. 

 

Pour les deux du fond qui ne suivent pas, Santiago Roncagliolo j'en ai parlé moultes fois: il n'a malheureusement que deux livres de traduit en France: "Histoires indiscrètes d'une famille sans histoire" (ici) et un thriller "Avril Rouge"(là).

 

Sinon d'autres bouquins de lui dont je t'ai causé mais qui n'ont pas encore été traduits:

 

- Memorias de una dama

- Jet lag

- La cuarta espada

 

Je crois qu'on peut reconnaître que j'ai insisté très lourdement à ce que tu lises cet auteur, et puis bon ben voilà c'est tout.

 

Je te souhaite une très bonne journée, la mienne commence très bien, je vais pouvoir mettre fin au Alerte Enlèvement (certes peu probable) de Stincky, je te laisse sous ce soleil radieux qui semble lui aussi satisfait d'avoir retrouvé ce petit con de lapin fugueur (ou chien?) orné de son inévitable touffe de poils de labrador.

 

Partager cet article

Repost0
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 17:41

 

Snapshot_20121111_4.jpg

(j'espère que t'as fait LV2 Lecture en verlan)

 

Je t'écris à la lumière des bougies, c'est beau, c'est apaisant, ça fait aussi un peu film érotique des années 70, enfin vraiment que les bougies... Le sèche linge fait son boulot de sèche linge en grinçant un peu du tambour, plus loin ronronne la machine à laver qui se charge des vêtements tâchés de vomis, de compote industrielle, de kinder, de pâte à modeler, et puis... pas d'autres bruits, rien, le silence. Un calme bien relatif en terme de durée, car la petite famille est juste partie faire des courses, et l'averse menace, mais je saisis ces quelques minutes de répit pour te causer enfin d'une BD. Le silence est devenu pour moi une denrée dont la date de péremption est immédiate, une denrée que je sais apprécier, savourer, je n'avais jamais autant donné d'importance au silence, mais je dois dire qu'il est devenu mon pote, et ce même s'il ne vient pas souvent me visiter.  Alors ces bougies, c'est pour toi mon pote le silence, sois le bienvenu.

 

Guy Delisle et moi, maintenant c'est une longue histoire.  Je l'ai découvert avec Shenzen (hop par ici), où il partait à la fin des années 90 superviser un studio de dessin animé dans une Chine qui n'avait pas encore le visage qu'elle a maintenant. Puis son travail l'envoie à nouveau vers une destination aux antipodes de Punta Cana, Pyongyang (et hop par là), enfin il poursuit ses "carnets de voyage" avec "Chroniques Birmanes" (c'est ici) autre destination qui déboite de totalitarisme où là il accompagne sa femme qui bosse comme médecin chez MSF.

Dans cette BD le revoilà désormais avec ses deux enfants à Jérusalem, où la mission de sa femme se concentre principalement à Gaza, et donc le voici spectateur de l'improbable processus de paix entre Israël et Palestine. 

Guy Delisle va tout crayonner: le mur de séparation, les check points, les colons, les expulsions, les embouteillages, la cohabitation, l'incommunication,  les communautés religieuses et leurs paradoxes, Ramallah, Gaza, Hébron, les oliviers, l'association Breaking the Silence, les autres ONG, les ultra orthodoxes, les samaritains, l'opération Plomb Durci qui se soldera par ce résultat:

 

2012-11-10-18.52.26.jpg

 

Comme à son habitude, Guy Delisle excelle dans sa manière très habile de démontrer avec un humour subtile l'absurdité, la cruauté, la complexité, le paradoxe, le surréalisme de beaucoup d'aspects du conflit israelo-palestinien, et ce avec beaucoup d'impartialité. C'est à la fois drôle et tragique, amer et bienveillant, et je crois que cette BD est franchement très instructive pour qui méconnaît réellement la problématique, c'est à dire je pense à peu près tout le monde, (on opine beaucoup, mais pas toujours avec du fond, si je ne m'abuse), et cette BD de 334 pages permet de donner des faisceaux de réalité (oui c'est un peu pourri le terme "faisceaux de réalité", j'assume). 

Cet album a gagné le prix du meilleur album au festival de BD d'Angoulême, et je veux dire c'est plus que amplement mérité.  

 

Je t'invite vraiment à lire les posts que j'avais fait sur cet auteur, car Guy Delisle le vaut bien:

*Shenzen

*PyongYang  

*Chroniques Birmanes 

 

J'ai aussi lu "Comment ne rien faire", malgré son titre fort appétissant, j'ai quand même préféré les 4 autres.

 

Et le fin mot de l'histoire je le réserve à Guy Delisle:

 

  2012-11-10-18.48.34.jpg

 

Bien à toi my dear lecteur de l'ombre. 

 

PS: j'ai coincé ma fille devant le film le plus abruti de l'histoire de Disney "Les chihuahuas à Beverly Hills", film qu'ELLE a choisi à mon grand désespoir (Paris Hilton rules), je lui ai aussi gavé ses petites mains de bonbons, et c'est ainsi que votre humble serviteuse a pu terminer ce billet (=border mère indigne). Je crois que j'ai commis une erreur fatale, elle adore ce film... Moi quand j'étais petite j'aimais bien les films avec des bergers allemands malins, voir avec des Saint Bernard patauds, mais ma fille aime les chiens manucurés qui répondent au prénom de Chloé. Sniff.

 

Partager cet article

Repost0
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 14:22

Ok je t'avais promis de la constance, de l'intensité et de la diversité, et au lieu de ça c'est le désert d'Atacama ou un bled du Finistère qui termine en "AC" un jour de pluie. Rien, personne, quetchi.

 

Je suis toujours là et plus que motivée à donner une vraie dynamique à ce blog, mais je n'ai pas eu le temps, vraiment pas, je voudrais te dire qu'on va aller vers du mieux car cela semble se profiler ainsi, mais je ne préfère rien dire. Je suis HS, game over de l'énergie, mon fils qui est né il y a désormais plus de 8 mois continue de faire la noumba crazy la nuit, genre il est 3h15, debout la dedans et on entonne I like to move, move it, bref il nous plombe 94% des nuits quand il n'attrape pas toutes les maladies en "ite" que lui refilent ses potes de la crèche, de plus j'ai été prise par d'autres trucs, ce qui fait que c'est n'importe quoi ce blog. Je te l'admets.

 

Il faudrait mieux que je tienne un blog de maman, un truc où je parle de couvercle de biberon qui foire et provoque un Catarina dans ton sac en cuir, le seul sac que tu aies pu t'acheter en 5 ans, car maintenant tu es maman, et donc tu es pauvre. Ou alors comment maudire la voiture de Charlotte aux fraises sur lequel tu fais un vol plané tel Candeloro ou presque, ou te parler de la musique pourri de mise en attente téléphonique chez le pédiatre que j'appelle hebdomadairement, oh yes, la jupe léopard qui sent le vomitos, tiens j'ai du caca sur mon bras, depuis quand, et bien ça fait 2h12, depuis que t'as changé une couche banane. J'aime, j'adore, j'idolâtre mes enfants, je pense même être la totale maman poule-juive-boulet gaga pour ses enfants, mais j'ai besoin de temps pour moi, et pour mon blog entre autres. Mais bon je te dis, que je sens que je vais vers du mieux, mais sache que je viens de faire le Koh Lanta du "A la recherche du sommeil perdu".

 

En attendant les livres que j'achète, qu'on me file, qu'on m'offre, gisent au pied de mon lit faisant la conversation avec les poussières et autres moutons/poils de labrador ayant échappé au bras féroce de mon aspirateur. Je ne lis pas trop. Je lisotte quoi. Je lis deux pages et je m'évanouis de sommeil, le filet de bave dans l'oreiller, so sexy. J'ai commencé pleins de bouquins, mais n'en termine aucun, si ce n'est la BD de Guy Deslile dont je te parle avant cette fin de semaine. J'ai envie de m'enfermer dans une maisonnette au fin fond de l'Ecosse par exemple, seule (enfin entends sans enfants), pendant 1 semaine et de ne faire que LIRE.

Bien à toi, mon très très cher lecteur de l'ombre.

 

PS: sinon aujourd'hui c'est mon anniversaire, je ne cracherais pas sur un bouquin qui soit adapté à mes neurones mis à rude épreuve, malmenés tels des chaussettes dans un sèche linge.

Partager cet article

Repost0
11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 10:53

 

Muy buenas tardes mon très cher lecteur de l'ombre,

 

Voici mon meilleur investissement BD 2012 (pour l'instant):

 

  IMG_20120522_143956.jpg

 

Il s'agit de Julia, une toute petite trentaine, native de San Francisco et qui s'en va se chercher un autre destin à New York. On pourrait être dans une trame gnangnan à la Coyotte Girls (que l'on me brûle vivante de cet aveu d'impuissance, il fut un temps, lointain fort heureusement, où j'adorais ce film, shame on me à fond les gars), (tiens au passage je te colle du son bien collant comme le miel qui va te squatter le tympan toute la fin de journée) , mais je te rassure c'est pas le cas, et donc au point mort de sa vie, Julia a envie de changement et déménage tout en sachant pertinemment qu'elle va se ramasser. 

Julia c'est l'anti Carrie Bradshaw, elle a une coupe de cheveux de playmobil et préfère les pyjamas mous aux vêtements de fille, elle son truc c'est de se prendre des cuites au ciné (d'ailleurs c'est le nom de la BD en VO "Drinking at movies"), et insiste que "rater sa vie, c'est épuisant, merde!". Auteur de la BD "The fart party" (la fête du pêt plus ou moins, j'adore!), elle essaie de bosser vaguement à son deuxième tome, mais bouinasse et doit se coltiner pleins de boulots d'appoints pour survivre, chemin faisant, cahin caha avec son fardeau de problèmes familiaux et son souci de faiblesse pour le bourbon, la considération de ces déboires l'amène à songer (entre autres) que celui qui inventera l'éthylotest antidémarrage d'ordinateur va faire fortune.

C'est aussi un livre avec de nombreux apartés politiques on est dans la campagne présidentielle et puis juste après l'élection d'Obama, du coup elle se fait plaisir avec les Dick Cheney ("aperçu pour la dernière fois en train de violer des chatons et d'assasiner des bébés"), Sarah Palin and Co, et elle admet qu'avant le 11/09 "en tant qu'adolescents blancs des classes moyennes, nous avions profité d'une sorte de néant politique sous l'administration Clinton. Nous pensions que les affaires se limitaient à la consommation de drogue et aux fellations."

C'est également bourré de références ciné, séries, bouquins, musique, c'est hilarant, talentueux, acide, et encore talentueux.

 

Je te conseille il va de soit de lire absolument cette BD , tu l'auras compris, c'est une claque d'autodérision mettant en abîme des instants de vie oscillant entre le foireux et le looseux, des instants de vie qu'on a tous vécu à un moment ou autre, en somme. C'est la BD la plus drôle que j'ai jamais lu de ma vie, et du coup si toi tu ne l'aimes pas c'est de deux choses l'une: soit mon humour est pourri, soit le tien. 

 

Bon le truc c'est que Julia Wertz n'a que cette BD de traduit en français (chez Altercomics), alors qu'elle en a fait trois autres dont une qu'elle vient de sortir "The Infinite Wait and other stories", et puis je suppose que ça doit être une sinistre blague mais en cherchant sur Amazon j'ai trouvé le "Fart Party" d'occasion à 127,83€, et ouais, si c'est pas une blague, c'est certainement une blague si je ne m'abuse. 

 

"Au coucher du soleil, je gisais comme un étron à m'apitoyer sur moi-même" 

 

Partager cet article

Repost0
9 octobre 2012 2 09 /10 /octobre /2012 13:57

 

Dans le Fluide Glacial de novembre/décembre 2012 que j'ai acheté très récemment il y avait du Marc Levy bien mis à mal et du top 10 des beaux gosses de la littérature. On va revenir sur Marc Levy si tu le veux bien, mais avant tout laisse moi mon très cher lecteur de l'ombre te livrer ma petite réflexion après-midiale sur la potentielle existence d'un physique facile chez les écrivains.

Voici le Top 10 de Fluide Glacial:

 

  2012-10-01 16.58.31   

  (si t'arrives pas à bien lire, c'est pas que tu deviens pourri des yeux, c'est que ma photo frôle la médiocrité) 

 

Donc il y a du Florian Zeller "coiffé comme Michelle Torr", du Olivier Gay "qui porte un collier indien et sans doute une dent de requin (à confirmer auprès de son éditeur)", du Rimbaud où il faut "faire abstraction de la photo de lui à 26 ans récemment retrouvée, où il ressemble plus à Arthur qu'à Rimbaud", du Enthoven où il convient de s'attarder sur "ces mâchoires puissantes, ces cheveux noirs et ces cols en V", et les autres...

 

Je me suis dit et moi ça serait quoi mon top 10? j'ai cogité, et j'ai rien trouvé. Je veux dire Beigbeder c'est un peu la tour Eiffel des écrivains à physique facile, mais pas pour moi, il est un peu trop fluet et tu sens que tu peux pas l'emmener faire du trekking et qu'il sait pas cuisiner un boeuf bourguignon et encore moins changer une roue de voiture (chacun ses goûts (de chiotte)).

 

Donc hors Beigbeder, j'ai réfléchi et je me suis raclée la masse encéphale en regardant l'horizon un bic dans la bouche, et j'ai pas trouvé. Alors j'ai triché. J'ai regardé dans ma bibliothèque et le premier bouquin sur lequel je suis tombée c'est celui là, et je me suis dit ben ouais je suis pas trop hors sujet:

 

        2012-10-01-17.05.40.jpg

1/ Cizia Zykë. 

Ok on n'est pas dans l'écrivain de prestige, et son attitude est assez belliqueuse sur la photo, mais bon je veux dire on est aux antipodes de Sartre quoi.

 

2012-10-01-17.06.01.jpg

 

2/ GGM

Ok je te rassure je suis pas gérontophile, mais Gabriel Garcia Marquez il cassait presque deux pattes à un canard quand il était jeune. Jadis. (maintenant que je regarde des photos, je n'en suis plus tout à fait convaincue). 

 

 2012-10-01-17.05.54.jpg

3/ Olivier Adam 

Il avait il y a quelque temps un peu abusé et arborait un physique un peu "tartiflette-jack daniel's", il s'est un peu recentré et je veux dire, ben quand même, si on lui ôte son regard en mode "perdu dans la brume", on reste dans le sujet.

 

Donc ceci est mon top 3 tout pourri, d'un après midi d'automne, où je ferais mieux de faire autre chose que d'écrire ces sottises.

 

Sinon en ce qui concerne Marc Levy (qui aurait, dis donc maintenant que j'y pense, pu décemment faire partie de ce top 3 ou 4, quand même), Fluide Glacial s'est bien fait plaisir avec son fan Kit de Marc Levy à découper, et même si tu sais que je déteste les snobs qui snobent cet auteur ou autre équivalent (même si je les comprends un peu), et bien en tout cas ce fan kit est à mourir de rire.

Dans sa bio de poche on apprend qu'il "écrit des livres qui mêlent morts subites, vieilles histoires d'amour, cartes Flying Blue et fins de merde."  Voici un des résumés express, par exemple celui de "Si c'était à refaire": un mec  est buté avant son mariage. Il se réveille deux mois avant l'agression et entame alors un périple pour retrouver son meurtrier. Comme d'habitude la fin du livre est foireuse mais en fait, une suite est prévue."

 

Voilà c'est tout, pendant qu'une pluie fine s'accroche à mes fenêtres, je voulais te faire part du manque d'appétit de fluide Glacial pour Marc Levy, ainsi que leurs considérations esthétiques en terme d'écrivains. C'est tout. Oui je sais avec ces bêtises je fais pas avancer le schmilblick de mon retard colossal, d'ailleurs ça y est j'ai décidé de faire des vidéos, ou au moins une vidéo pour combler mon retard de mes lectures à partager, ainsi ce sera plus rapide, car si j'ai l'inconvénient d'être assez peu concise à l'écrit, je suis plus épurée à l'oral, enfin un peu plus épurée...

Je te reviens à toi le jeudi de là maintenant, avec cette fameuse BD qui m'a trop plu, dont je t'ai parlé à moultitude de reprises et que je veux te persuader de lire aussi (car telle est ma mission). 

Bien à toi mon très cher lecteur de l'ombre. 

Moi. 

 

 

Partager cet article

Repost0

Je Me Présente

  • Solenn ou Amber et des fois Josiane
  • J'aime les huîtres. J'ai cabossé ma voiture à cause d'une sotte histoire de gloss. Un jour j'ai été mordue par un berger allemand. Sinon ceci est un blog de livres.
  • J'aime les huîtres. J'ai cabossé ma voiture à cause d'une sotte histoire de gloss. Un jour j'ai été mordue par un berger allemand. Sinon ceci est un blog de livres.

Instagram, pic et pic et...

Instagram

Recherche

Lectures du moment

          

 

           

                the-return--tadadadam-20131018_112147.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Archives

Si tu veux me dire un truc